un lieu parfait pour se déconnecter

Télétravail et droit à la déconnexion : du rêve à la réalité

Posté par Viviane le 29-05-2020

La récente crise sanitaire a été l'occasion pour beaucoup de se frotter, bon gré, mal gré, au travail à distance. Alors que certains salariés avaient hâte de retrouver les joies cadrées de la vie de bureau, d'autres ont mieux jonglé entre impératifs professionnels et vie privée.
Or, l'une des clés pour garder l'équilibre et télétravailler dans la durée, c'est le droit à la déconnexion.
Que signifie ce terme exactement ? Et surtout, en pratique, dans une TPE ou une PME, on fait comment ?

Travailler à distance, c'est tellement tentant

Si la crise du Covid-19 a contraint certaines entreprises au télétravail, d'autres l'expérimentent depuis des années. Les atouts du travail à distance sont nombreux.

La mobilité

Certains métiers exigent par nature une forte mobilité géographique. Pour ces salariés nomades, travailler en mobilité va de soi, et depuis longtemps. On peut citer :

  • les professionnels qui travaillent à la fois chez le client, chez eux et dans un bureau plus classique, à l'image des forces de vente
  • ceux qui interviennent surtout au domicile du client comme les dépanneurs.

Pourtant, cette crise a surtout mis en valeur une 3e forme très particulière de travail à distance, le travail à domicile à temps complet ou "full remote", jusque-là plutôt réservé aux freelances et à certaines professions libérales. Durant ce confinement, de nombreux cols blancs sont restés sur le pont, ou plutôt, sur le tabouret de la cuisine, coincés de l'autre côté de l'écran.

La réactivité

Pour beaucoup d'entreprises (et de clients !), la communication instantanée suppose une réponse immédiate. Ce fantasme de salariés ultra-réactifs à portée de clic explique la popularité du télétravail auprès de certains managers. Cependant, les télétravailleurs expérimentés savent qu'il faut parfois renoncer à l'hyperconnectivité pour gagner en productivité.

L'autonomie

Du côté des salariés, le travail à distance répond à des aspirations très fortes comme l'autonomie dans le travail. Travailler à distance reviendrait à devenir son propre patron au quotidien, tout en se maintenant dans le giron de l'entreprise. Quand on cherche à échapper à un manager paternaliste, autoritaire, ou plus simplement à concilier épanouissement personnel et professionnel, la perspective peut fait rêver.

Le droit à la déconnexion, ça veut dire quoi ?

Mais le télétravail comporte des dangers bien réels. Mal gérée, cette porosité entre vie privée et vie professionnelle peut coûter cher à l'entreprise et aux salariés : mal-être, stress et fatigue pouvant conduire au burn-out, diminution de la productivité, de la créativité…
Si les managers n'agissent pas rapidement pour rétablir ces coupures essentielles à la performance, l'entreprise prend le risque de perdre des salariés compétents et d'augmenter son turn-over.

Pour prévenir ces risques, plusieurs rapports ont promu le concept d'un droit à la déconnexion, consacré en 2016 dans l'article 55 de la loi El Khomri. C'est le droit de ne PAS se connecter aux outils numériques professionnels pendant des plages horaires prédéfinies. Contrairement aux idées reçues, le droit à la déconnexion s'applique aussi aux télétravailleurs et aux cadres au forfait jour. Depuis une décision de la Cour de cassation de juillet 2018, les salariés privés de ce droit à la déconnexion doivent même percevoir une indemnité d'astreinte.

Dans les PME de plus de 50 salariés, le droit à la déconnexion doit être discuté lors des négociations annuelles obligatoires sur la qualité de vie au travail. À défaut, l'entreprise doit mettre en place des actions de sensibilisation, comme une charte du télétravail.
Pour les PME de moins de 50 salariés, les textes sont plus souples. Les accords collectifs sont encouragés, mais pas obligatoires. En cas de discussion entre un collaborateur et sa direction, un avenant au contrat de travail peut formaliser cet accord.

Comment appliquer le droit à la déconnexion pour de vrai ?

Pour traduire en actes ce droit à la déconnexion, certaines mesures concrètes ont fait leurs preuves :

  • exemplarité des managers, qui s'abstiennent d'envoyer des courriels ou des SMS le soir et le week-end
  • blocage des serveurs la nuit, quand tous les bureaux se trouvent dans le même fuseau horaire
  • rétention, reroutage des mails ou réponse automatique à certaines heures
  • définition des jours et/ou des heures pendant lesquels le collaborateur peut être contacté
  • fenêtre d'alerte ou widget informant le salarié de son temps de connexion effectif.

Contre toute attente, les outils de travail externalisés dans le cloud sont aussi des atouts précieux. En effet, lorsque vous vous connectez à un bureau virtuel personnalisé (DaaS), vous retrouvez instantanément tous vos dossiers et fichiers. Mais à l'inverse, lorsque vous vous déconnectez, vous vous déconnectez vraiment. Votre PC ou votre tablette ne comporte alors plus aucune trace de votre travail.

Sur nos bureaux à distance, nous pouvons aussi paramétrer pour chaque collaborateur des plages horaires de travail autorisées. En-dehors de ces heures, votre collaborateur ne peut tout simplement plus se connecter à ses données professionnelles.
En clair, plus jamais les yeux de Fabrice ne croiseront ce satané dossier envoyé par Karine de la compta, alors que ce soir-là, il avait juste prévu de relever ses mails personnels !

Avant d'instaurer ou de généraliser le travail à distance au sein de votre TPE ou de votre PME, contactez-nous. Nous vous expliquerons comment nos solutions de cloud sur mesure préservent la vie privée de vos salariés.

savoir protéger sa vie privée

INTERAGISSEZ AVEC L’AUTEUR

DEMANDE DE RAPPEL

NEWSLETTER

Avant la mise en place de toute nouvelle offre d'hébergement, HISID procède
à un audit technique dans les locaux de votre entreprise.

ACCUEIL SOCIÉTÉ SOLUTIONS ACTUALITÉS CONTACT ESPACE CLIENT MENTIONS LEGALES CGV CGL CGH
copyright©Hisid 2019 - Design by Section 4 - Conception InfoWeb88
Retour haut